Le Site du Collectionneur - collection monnaie - billet - banknote - paper money - coin - collection billet - collection numismatique - collection billet - collection numismatique  1 - NUMISMATIQUE - MONNAIES - COINS


- Numismatique Gauloise -
Les disques monétaires gaulois
du Massif des Bauges (Savoie)


 

6. Discussion sur l'usage des disques

 


Disques D1 à D9

Les disques minces sont en métal mou, tout à fait impropres à la frappe à froid, à la différence de coins en bronze ou en fer (10). Les disques D1 à D9 se rapportant à la série allobroge "au cheval galopant" sont en étain presque pur ou en alliage étain-plomb où l’étain est dominant, à l’exception de D4 et D9.


Disques D10, D11, D12 à D15

Le disque D10 "au cavalier" est en étain dans la proportion de 91,8%. Le disque D11 "au griffon" est un alliage plomb-étain où le plomb domine, ainsi que pour les disques D12 à D15 portant les empreintes de quinaire de la zone du denier. Le seul disque en relief D16 est fait du même alliage où le plomb domine.


Disque D16

Puisque les empreintes en creux ne peuvent être directement utilisées pour la production des monnaies, il faut se demander à quoi elles pouvaient servir.

 

Une première question

Une première question se pose : comment les empreintes ont-elles été obtenues ? La première idée qui vient à l’esprit est qu’elles ont pu être incisées sur les disques par le graveur. Pourtant l’observation minutieuse des images en creux révèle l’absence quasi-totale de micro-défauts tels que repentir, hachures ou rayures insolites, aspérités sur les parties lisses, traces laissées par la pointe burinante. Les compositions, telles qu’elles apparaissent sur les disques les mieux conservés, sont nettes, lisses et offrent un poli des arrondis et des reliefs qu’il est difficile d’obtenir sur une gravure en creux.

On pourrait penser que l’image résulterait de la frappe d’une monnaie sur le métal mou (11) : une telle hypothèse est exclue, en raison même de la netteté des empreintes et surtout de l’existence des grènetis complets. Il faut souligner en effet que la présence d’un grènetis ininterrompu est absolument exceptionnelle sur une monnaie gauloise (12). A notre sens, les empreintes ont été réalisées à l’aide d’un poinçon monétaire (13), qui se trouvait en tête de la chaîne opératoire aboutissant à la production des monnaies, et dont la fabrication initiale devait être très soignée. En revanche, le cercle intérieur lui-même semble bien présenter les caractéristiques d’une incision, plus ou moins malhabile dans le métal mou.

 

La fonction des disques

Avec prudence, F. Planet notait que les disques représentaient une étape dans la fabrication des coins monétaires, mais ne proposait aucune explication définitive sur l’usage précis des ces objets.

En revanche, l’expert G. Aubin avançait une interprétation. Sans s’attarder sur l’hypothèse d’exercices pratiqués par des apprentis graveurs ou de simples ébauches qui ne seraient pas en harmonie avec la parfaite maitrise des gravures, G. Aubin s’oriente vers une fonction de "modèle" ou de "patron", permettant de recopier facilement sur les coins les images déjà inscrites en creux. De la sorte, un maître-graveur aurait fourni à un tâcheron un "brouillon" à regraver sur le coin définitif. Une telle vision se heurte tout de même à de sérieuses objections. D’abord le nombre des disques homotypiques : pour le seul droit de la série "au cheval galopant", l’on dispose en fin de compte de cinq empreintes d’une très grande qualité. Pour un même type monétaire, cela fait beaucoup de "modèles" pour le ou les "tâcherons" chargés de réaliser les coins. Ensuite, et là encore, l’on ressent une gêne en observant l’extrême précision et le fini des gravures, en particulier des grènetis, la présence sur tous les disques - droites et revers - d’un cercle intérieur et le "poli" des images en creux, pour admettre avec G. Aubin qu’il s’agisse de simple "brouillons". Enfin, s’il est plus facile, pour graver un coin, de copier une image en creux plutôt qu’en relief, il est évident que l’empreinte, dans l’argile crue d’un poinçon ou d’une monnaie en bon état - sauf à compléter le grènetis - aurait fait l’affaire sans avoir recours à de tels disques métalliques.

Bref, ne concéder à ces disques monétaires qu’un rôle purement passif dans la fabrication des monnaies ne nous semble pas constituer une hypothèse satisfaisante, ou du moins la seule hypothèse admissible.

 

Proposition de chaîne technique

A ce stade de la réflexion, il convient en effet de s’interroger sur un rôle actif que les disques gravés pourraient avoir joué dans la confection des coins monétaires. Considérons, à l’entrée de la chaîne opératoire, le poinçon dans son intégrité, c’est-à-dire avant d’avoir éventuellement servi à frapper des coins à froid. Il va d’emblée permettre d’obtenir sur un disque mince en métal mou l’empreinte première, la meilleure (fig.1).

Figures 1 à 6 : dessins de J.L. BRUNAUX


Figure 1


Figure 2


Figure 3

L’artisan métallurgiste gaulois, à l’aide du disque, pouvait alors obtenir un coin en relevant l’empreinte en positif par l’intermédiaire d’un cylindre de fine pâte d’argile (fig.2) (14), dont le diamètre était comparable à celui du "cercle intérieur" rencontré sur tous les disques inventoriés. Sachant que le moule du coin ne pouvait être qu’un tronc de cône creux, ouvert au sommet (fig.3) pour permettre la coulée du bronze (fig.4), il suffisait d’ajuster sur le fond du moule cette empreinte en relief, pour disposer d’un coin complet doté de l’image en creux (fig.5) ; après ébarbage et écrouissage du coin, le graveur pouvait alors le retoucher - aviver – l’empreinte, en la regravant partiellement si il en était besoin.


Figure 4


Figure 5


Figure 6

Le coin était prêt à l’usage, dans des conditions que l’on sait (fig.6). Bien sûr, le moule était perdu, mais le disque monétaire, toujours intact, pouvait resservir au gré des monnayeurs. Un tel procédé, qui s’ajoutait sans doute à la frappe à froid du coin à l’aide du poinçon, permettait de multiplier les coins monétaires sans avoir, pour chacun d’eux, à graver l’image ex nihilo. Rappelons que les maîtres graveurs compétents et disponibles devaient être fort peu nombreux, notamment en cas d’une pluralité d’ateliers. Même pour des gens habiles, la gravure classique d’un seul coin était surement difficile et requérait en tous cas des heures et peut-être des jours de labeur. Bref, le couple poinçon/disque pouvait permettre d’améliorer la décentralisation des frappes monétaires et de faciliter sur place le fonctionnement des centres émetteurs.

Certes, il ne s’agit là que d’une hypothèse dont la vérification – sauf miracle archéologique – sera malaisée : mais le processus décrit est, à notre sens, celui qui peut le mieux rendre compte de l’utilité de nos disques monétaires, considérés sous tous leurs aspects.

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

(10) - Sur les coins de droit et de revers en fer, voir la très importante trouvaille publiée par B. ZIEGAUS, Ein neuer keltischer Münzstempelfund aus…Schwaben International numismatic Newsletter, 39, 2002.

(11) - Certains poinçons dont l’image est en partie hors flan, pourraient avoir été obtenus à partir d’une monnaie en circulation, cf L.-P. DELESTRÉE, A propos d’un nouveau poinçon monétaire gaulois lié à la série , Cahier de numismatique, décembre 2000, p. 11-12 (cf.p.13).

(12) - Nous avons eu l’occasion d’examiner les droits d’une centaine de drachmes appartenant au groupe B de la série allobroge "au cheval galopant" : pas une seule pièce n’offrait un grènetis complet.

(13) - F. PLANET, conservateur du médaillier du musée des Beaux-Arts de Lyon, avait indiqué, dans sa brève consultation de 1999-2000, que les "motifs avaient été poinçonnés plutôt que gravés".

(14) - L’on connaît la perfection de certains potins, dont les images ont été imprimées dans l’argile des moules bivalves, bien entendu hors incidence de moulages ou de surmoulages à partir de monnaies ayant circulé. Certaines monnaies coulées, en bon état, offrent parfois une telle netteté des reliefs qu’elles peuvent rivaliser avec des bronzes frappées.

 


(début de l'étude)
1-  Historiques de la découverte
2-  Les éléments d’analyse
3-  Les empreintes en creux aux types allobroges
4-  Les empreintes en creux aux types de la zone du denier
5-  L'empreinte en relief et les petits fragments
6-  Discussion sur l'usage des disques
7-  Attribution et datation des disques
8-  Les utilisateurs
(fin de l'étude)




Le Site du Collectionneur - collection monnaie - billet - banknote - paper money - coin - collection billet - collection numismatique


Ce bref aperçu numismatique vous a intéressé, vous avez besoin de compléments d'informations, vous avez des remarques à faire, des compléments à ajouter, alors n'hésitez pas à nous contacter : contact@multicollec.net


© Copyright :
Louis-Pol DELESTRÉE & Jean-Luc BUATHIER - Tous droits réservés (textes et photos)
Société d’Études Numismatiques et Archéologiques (www.sena.fr)


Le spécialiste des billets de banque - http://www.alpes-collections.com

Le Site du Collectionneur - collection monnaie - timbre - billet - capsule champagne - muselet - collection diverse

Le Site du Collectionneur - collection monnaie - timbre - billet - capsule champagne - muselet - collection diverse

Le Site du Collectionneur - collection monnaie - timbre - billet - capsule champagne - muselet - collection diverse
Liste des mots clés les plus demandés pour la numismatique : numismatique, billet français, monnaie ancienne, billet français, numismatique ancienne, monnaie Napoléon, billet de collection, numismatique site du collectionneur, billet de banque, billets étranger, les billets de banque, billets de banque français, collection numismatique monnaie, numismatique billet, monnaie collection, monnaie collectionneur, monnaie antique, monnaie gauloise, monnaie royale, collection monnaie Louis XV, collection monnaie Louis XVI, collection monnaie or, collection monnaie argent, collection monnaie bronze, collection monnaie cuivre, collection monnaie celtique, collection monnaie Savoie, collection monnaie Genève